Search

TERRE MÈRE : consommer une mode éthique et responsable

Updated: 6 days ago


Souhaiteriez-vous vivre sur une Terre plus juste, pour tous ? Pour moi c’est possible, changeons nos habitudes de consommation et regardons tous ensemble le résultat !


Le 22 avril et comme toutes les années, c’est la célébration de la Journée Mondiale de la Terre, une année encore plus particulière avec le COVID-19.

Nous avons aussi vu défiler plusieurs événements qui renforcent cette urgence de changement, comme les incendies d’Australie, le réchauffement climatique, l’invasion acridienne Kenya et les troubles environnementaux… nous ne pouvons plus faire la sourde oreille.

J’espère qu’on sortira de cette expérience bien singulière, avec un nouveau regard sur notre façon de consommer et plus motiver pour mettre en place des réels changements de consommation au quotidien.

Faire des achats responsables : c’est quoi ?

L’industrie de la mode est l’une des plus polluantes au monde tout le monde le sait, et notre

Terre Mère, avec toute sa sagesse nous le fait comprendre.

Ce n’est pas quelque chose de nouveau, on en parle depuis des années de notre surconsommation, mais cette expérience, je le pense, nous a fait grandir un peu plus, et je suis persuadée, ou du moins je l’espère, que chacun de nous a pris le temps de réfléchir à sa propre vie, et à la façon comme elle est menée.

Nous ne pouvons plus continuer sur le chemin du fast fashion, des collections qui s’enchainent et incitent les consommateurs à acheter toujours plus.


Nous sommes de plus en plus informés sur les impacts négatifs de l’industrie du textile donc nous devenons sensibles aux conséquences de notre consommation.


La mode écoresponsable apparaît donc comme une nécessité face à la surconsommation de la population.


Faire des achats responsables, c’est comprendre d’où viennent nos produits et qui sont les marques qui les commercialisent, car cela sera important pour une consommation responsable et engagée de notre part.


Donc avant de passer à la commande, il faut bien connaitre la marque ou le projet au qu'elle on souhaite s’engager en achetant un de leurs produits, pour moi c’est ça être consommateur responsable. Mais parfois ce n’est pas si facile, car beaucoup entreprises ne jouent pas encore le jeu de la transparence. Nous devons être plus exigeant entant que consommateur et encourager davantage les marques sur la voie de la transparence.

Voici quelques critères importants pour bien s’informer avant de consommer :

Matières écologiques

Les produits que nous consommons quotidiennement peuvent être nuisibles à l’environnement.


Coton bio :

Le choix de la matière première est une étape très importante, car cela impact directement l’environnement, beaucoup de marques cherchées à utiliser des fibres naturelles comme de cotons bio issus de l’agriculture biologique (0 pesticide).

Le plus sérieux et viable est le label GOTS (Global organic Textile Standard). Le coton biologique certes moins polluant que le coton normal, néanmoins il utilise encore beaucoup d’eau, asséchant de nombreuses rivières et lacs dans le monde.

Donc il est judicieux choisir aussi d’autres fibres plus écologiques.

Lin :

Parlons du lin, la France est le premier producteur de lin au monde avec 100 000 hectares, néanmoins la production est délocalisée à l’étranger, mais nous pouvons trouver des entreprises en Europe, donc c’est super.

Le lin est une plante qui pousse rapidement, faible fertilisation et consomme moins d’eau que le coton. Néanmoins, le nettoyage de la fibre et la teinture du lin sont fortement consommateurs d’eau. Il faut toutefois rappeler que le lin ne produit aucun déchet puisque toutes les parties de la plante sont utilisées.

L’industrie du lin est en train de bouger, en se tournant vers l’éco finissage, nous aurons bientôt, je l’espère une fibre prometteuse pour l’environnement.

Chanvre :

Cette fibre possède la résistance la plus élevée de toutes les fibres naturelles au monde. Le chanvre est une plante très performante, nécessite 2 fois moins d'eau que le coton et en plus de ça, cette fibre n’a pas besoin de pesticides pour pousser, donc rien à dire !

Lyocell :

La principale matière première du lyocell est la cellulose de la pâte de bois (obtenue à partir d’arbres comme l’eucalyptus), c’est une fibre qui peut être considérée comme une fibre récupérée ou régénérée.

Le lyocell est un produit biodégradable. Sa fabrication ne produit pas de sous-produits nocifs pour la santé ou la planète, et la cellulose, son principal ingrédient, est obtenue à partir de forêts bien gérées.

Cette fibre est douce, respirante, légère, confortable et en plus de ça, elle est une fibre durable.

Fibres recyclées :

Nous produisons beaucoup de déchets, et pour moi c’est autant important de recycler nos déchets que produire de nouvelles fibres écologiques.


L’idée c’est de récupérer des matières déjà existantes, comme des chutes de tissus, des vêtements à recyclé ou des bouteilles en plastique.


À partir de cela, nous créons une nouvelle fibre, qui permettra de créer de nouveaux produits. Ça reste un processus long et onéreux mais plus écologique.


Ce sont quelques idées de fibres écologiques, il y a bien d’autres et l’industrie textile se réinvente chaque jour, le plus important c’est le choix conscient lors de nos achats.

Production éthique

C’est t'on d’où viennent nos produits et en quelles circonstances ont été faits ?

Pour moi c’est une responsabilité éthique de chacun d’entre nous, de ne plus consommer des produits qui sont produits dans des conditions de travail inconcevables, comme le travail forcé des enfants, des salaires misérables, des mauvaises infrastructures et équipements, taux d’heures surélevées sans repos des salariés, et bien d’autres.

Le slogan «Who made your clothes » a initié le mouvement mondial de la fashion Révolution, suite au drame de Rana Plaza au Bangladesh en 2013. Ce mouvement entraînant les marques à devenir plus transparentes dans leurs processus de fabrication.

En achetant, un produit, nous faisons le choix de soutenir des causes ou au contraire d’alimenter des entreprises négligeant ses salariés.

Marque engagée socialement

De plus en plus de marques s’engagent socialement, en soutenant des projets ou associations qu’ils leur tiennent à cœur.

Les entreprises peuvent reverser une partie de leurs chiffres d’affaires, soutenir une fabrication artisanale, des emplois pour les femmes dans des pays en développent…Il existe de nombreuses causes qui sont soutenues, en fonction ou non de leurs activités.

Quoi qu’il en soit, il ne faut pas que ce soit un simple outil marketing, mais un réel engagement.

Fabrication locale : circuits courts

Consommer sur notre territoire c’est aider à réduire significativement le gaz à effet de serre lors du transport, qui est en grande partie causé par les transports aériens.

Mais c’est aussi soutenir des emplois locaux, faire perdurer le savoir-faire, et aider au développement de l’économie.


Et si on parlait du « Made in France » ? Pour commencer l’étiquette « Made in France » se réfère à la part de production française dans un produit de consommation, et ne signifie pas forcément que toutes les matières premières ont été produites et assemblées en France. Un produit est considéré légalement comme « Made in France» si au moins 45% de sa valeur ajoutée a été produite sur le sol national.


Par exemple, un t-shirt qui est découpé et cousu en France mais que le tissu vient de l’étranger, on peut attribuer l’appellation du « Made in France », néanmoins, si ce même t-shirt a été commander à l’étranger et qu’on rajoute uniquement une broderie en France, l’appellation « made in France » ne sera pas attribuée.


Faire attention avec d’autre appellations comme « Designed in France » signifie uniquement que le produit a été désigner/imaginer en France mais pas fabrique en France, où « conception française », « création française », « maison française », « artisanat local », « french touch » ne signifient pas qui a été fabriqué en France. Je vous conseille de vous informer sur toutes ces appellations avant d’acheter un produit si vous souhaitez contribuer au « Made in France ».

Achat conscient

Vous l’avez bien compris, notre Terre Mère ne peut plus accepter d’être en engorgé de déchets causés par notre super-/hyper consommation.


D’un côté nous avons la mode qui nous pousse à acheter le modèle dernier cri pour être toujours plus tendance et d’un autre côté nous avons notre planète qui nous demande d’arrêter.


Et au milieu de ça, nous pouvons avoir notre « conscience achat ».

Une très grande partie de nos achats reste dans nos placards, face à cette problématique, aujourd’hui, il faut consommer moins et mieux !

Privilégier des produits durables car ils vous serviront longtemps au lieu d’acheté des produits fabriqués de manière douteuse avec des matières nocives. Acheter en fonction de vos nécessités et non pas par un coup de cœur et qui finira au fond de votre placard !


Attentions aux soldes, ils sont vus comme des bonnes affaires, je reste dubitatif quand je vois les enseignes avec des promos -50% ou -70%, car pour moi sa montre que les prix, durant l’année sont trop élevés par rapport à la qualité et le coût de la production du produit.

Contribuions au « slow fashion » !

Upcycling, seconde main, ou encore le fait-main

Plusieurs solutions s’ouvrent à nous côté consommation, de plus en plus de marques proposent upcycling en récupérant des vêtements ou des chutes de tissus dans le but de confectionner des vêtements neufs et inédits avec.

Ce concept permet faire du neuf avec du vieux, ce qui n’implique pas de changement esthétique, ni sur la qualité des tissus.


Une super idée de revaloriser le textile et réduire nos déchets.


Une autre bonne idée, la seconde main, ils existent en lignes de nombreuses plateformes, comme le Vestiaire Collective pour le luxe, Vinted pour tout le monde et les friperies pour les boutiques physiques, de cette façon, on empêche la surproduction et en même temps, ça nous permet de ne pas jeter nos vêtements !


On peut également choisir de donner ce qu’on ne veut plus à des associations comme Emmaüs.


Le fait main est aujourd’hui une tendance de fond, qui exprime clairement l’envie des Français de consommer différemment.


Qui ne connais pas le concept DIY - Do It Yourself, ? « Fais-le par toi-même » en Français.

Un concept qui invite à réaliser par ses propres moyens des choses qu’on a plutôt l’habitude d’acheter.

Moi-même pendant cette période de confinement je me suis mise à faire des choses qui m'ont fait énormément plaisir, comme faire mes propres bougies, mon huile pour le corps, mes petits plats délicieux mais sains...

Je me suis aperçue, qu’on peut faire tellement de choses nous-mêmes et que ce temps prit pour nous est bénéfique pour développer notre imagination et créativité.

Le DIY c’est un geste écologique, économique, on a la possibilité de créée des produits authentiques, on aide à sortir du cercle de surconsommation et on est fier de terminer sa première création.

Ce n’est pas merveilleux ?

Il existe une énorme communauté DIY et des vidéos pour chaque chose qu’on souhaite créer, donc à vos mains !

Et vous, qu’allez-vous faire en ce mercredi 22 avril 2020 ?

Coronavirus ou non, nous pouvons très bien célébrer la journée de la terre chez soi, d’autant plus que cette année sera son 50 ème anniversaire. Par ailleurs, ce confinement est plutôt un bon point car il permet à l’humanité de prendre du recul pour reconnaître l’importance de la terre, de l’écosystème et de la biodiversité.

Réfléchissez à la façon comme vous souhaitez consommer après ce confinement. Vous ferez un beau geste en faisant le tri dans votre placard car vous alimenterez les centres de recyclage, les associations ou les enseignes de seconde main.

Visitez le site https://jourdelaterre.org/fr/ pour connaître les nouvelles et les activités virtuelles proposées près de chez vous.

Tendrement,

Sonia

10 views
Spiritual Stone
Contact

© 2020 by amble8